Le Parti Pirate en Bretagne
Strollad Morlaeron Breizh

Categories

Accueil du site > Actualités > L’Association des Jeunes Européens

12 septembre 2012
Mistral OZ

L’Association des Jeunes Européens

Le Parti Pirate a été convié à l’un de leurs débats

A l’invitation de l’Association des Jeunes Européens, l’un des membre de la section locale a participé à l’un de leurs débats et échangé avec des membres de leur mouvement pour mieux saisir les enjeux. Il nous fait part de ses impressions dans ce billet de blog.

 Sur les Jeunes Européens

C’est un mouvement trans-partisans s’exprimant sur les sujets de l’Europe et désireux d’aider à la fondation d’une Europe Fédérale. Cette association est ouverte à tous (y compris de formations politiques) et mets en place principalement des groupes de réflexions et quelques actions comme faire venir des eurodéputés pour parler de l’Europe aux enfants ou Le Taurillon.

Ce mouvement est constitué de jeunes souvent intéressés par la question politique et aillant une bonne connaissance des sujets abordés. L’échange est très intéressant mais ainsi que le déplorent certains membres du mouvement, il peine à intéresser au delà des étudiants des cursus politiques habituels. Bien qu’ils s’en défendent et tentent quelques initiatives pour s’en démarquer, il peut être un peu délicat de s’intégrer parmi eux sans connaissances politiques sérieuses.

 Sur les débats

JPEG - 73.2 ko
Groupe de travail JE 09/2012

Par groupe de d’une 10aine de personnes les thèmes suivants ont été abordés :

  • Le programme Erasmus
  • L’espace Schengen
  • La solidarité économique en Europe
  • Et les possibilités d’élargissement de l’Europe, en particulier dans les Balkans

Tous ces débats seront synthétisés et publiés par l’association (une note sur le blog sera mise pour vous informer lorsque ce sera le cas). Pour avoir participé à celui sur les Balkans (sans avoir de connaissance sur le sujet), le débat était proposé avec beaucoup de sérieux, de recherche et il était aisé de saisir les enjeux et de contribuer.

 Sur la conférence

JPEG - 76.9 ko
Conférence JE 09/2012

Les débats ont été suivi d’une conférence en présence de :

  • Christian Guyonvarc’h, conseiller régional UDB, rapporteur du budget de la région Bretagne
  • Christophe Chaillou, directeur général de l’AFCCRE [1], et conseiller général du Loiret.
  • Julien Cahu, directeur de la maison de l’Europe de Rennes
  • Et Damien Périssé, directeur chargé de l’innovation à la CRPM [2]

Le débat s’est beaucoup orienté sur les questions de la visibilité de l’Europe auprès des citoyens et des fonds européens (affectation et utilisation).

Ce qui m’a semblé regrettable pour avoir déjà participer à des programme européens, c’est qu’il a surtout été questions pour les intervenants de justifier leurs actions. Notamment le conseiller régional qui a beaucoup insisté pour que l’argent soit entièrement affecté par la région et non plus en partie par la région et en partie par l’état.

Pourtant pour recentrer l’objectif affiché, il était de rendre l’Europe plus intéressante auprès des citoyens et les sous de l’Europe, ce n’est pas un argument très significatif (en définitive Europe ou pas : ça reste nos impôts).

A mon sens, il a été regrettable que les réponses ne se soient pas plus orientée sur les échanges humains, technologiques et culturels. Certes tout cela demande de l’argent mais comme il a été mainte fois répété au cours du débat, seul 70% des fonds structurels européens sont affectés au niveau régional et un peu moins au niveau national. A quoi bon demander plus de sous lors qu’on a un tiers du financement qui n’est pas dépensé ? (ce qui n’est pas dépensé à la fin du programme européen repart dans les caisses de l’Europe pour les programmes suivants).

Les raisons pour lesquelles ont ne peut pas affecter plus d’argent sont - à mon sens -, les limitations en matière de financement privé (l’argent européen n’est attribué que si en face il y a une somme équivalente d’argent privé). De plus l’argent européen est versé avec plusieurs années de retard (Bercy préfère garder les sous jusqu’à ce que les comptes soient clos et que les multiples validations, contrôles, mises en paiement, etc aient été effectués), de ce fait des associations ne disposant pas de plusieurs centaines de millier d’euros en trésorerie mettent les clefs sous la porte faute de toucher les remboursements de l’Europe à temps (les banques refusent donc de faire les avances bien que l’argent soit promis par l’Europe).

Il y a aussi tout un travail à faire auprès des citoyens non pour leurs proposer des flyers et des stylos sur l’Europe mais en les faisant participer aux programmes transnationaux (échange de compétences, découverte culturelles, partenariats, ...). En particulier en France, il est très rare qu’une entreprise collabore hors des frontière or dans beaucoup d’autres pays (USA, Allemagne, etc), la formation continue et les partenariats internationaux sont au coeur de leur compétitivité actuelle.

En France, nous préférons financer deux entreprises Française pour créer deux systèmes de voitures électriques incompatibles entres elles plutôt que de travailler à une standardisation et un partage de la technologie au niveau européen. Dommage.

En dehors de ça, certaines questions à la fin de la conférence ont tenté de ramener le débat sur les citoyens et notamment une initiative intéressante du Mouvement Européen qui propose de se réunir (sur Rennes, une fois par mois) pour aborder des questions et proposition à soumettre aux eurodéputés.

 Sur la suite à donner

Malgré les quelques limites de ce mouvement, j’engage nos membres à s’intéresser aux actions pouvant être menés que ce soit par les Jeunes Européens ou le Mouvement Européen. Il nous appartient d’apporter nos remarques dans le cadre de ces initiatives.

Plusieurs personnes rencontrés au sein des Jeunes Européens ont un regard très bienveillant sur le Parti Pirate et pour sa démarche.

Lors des échanges, j’ai pu faire la connaissance de Valérie Maunoury, qui sera assistante-stagiaire auprès d’Amélia Anderstotter (Eurodéputé Suédoise du Parti Pirate) et échanger avec Kévin Jézéquel, sympathisant du Parti Pirate et président de section Bretagne des jeunes européens. Aussi je souhaites en profiter pour nous tenir informer de leurs prochaines actions et favoriser la discussion sur leurs thématiques.

En tant que parti politique tourné sur l’Europe, leur apport réfléchi sur la question, peut beaucoup nous apporter sur nos opinions.

Notes

[1] AFCCRE = Association française du conseil des communes et régions d’Europe

[2] CRPM = Conférence des régions périphériques maritimes

Partager

Commentaires

Répondre à cet article